Chargement en cours...

L’exposition en détails

1938

Artavazd Pelechian naît en Arménie à Léninakan, actuelle Gumri. Il grandit à Kirovakan (aujourd’hui Vanadzor) où, après une formation technique, il exerce successivement les métiers d’ouvrier métallurgiste et de dessinateur industriel.

1963

Désormais installé à Moscou, Artavazd Pelechian décide d’intégrer le VGIK, la prestigieuse école de cinéma qui a formé d’autres grands noms du cinéma soviétique comme Andreï Tarkovski, Sergueï Paradjanov, Alexandre Sokourov et Andreï Kontchalovski. Il y réalise ses trois premiers films et obtient son diplôme en 1968.

1964

La Patrouille de la montagne

Film 35 mm, noir et blanc, 10 min, Arménie / URSS

Ce film suit un groupe de travailleurs qui dégagent quotidiennement les voies ferrées pour le passage des trains dans les montagnes arméniennes. Artavazd Pelechian exalte la dignité et la rigueur du travail manuel.

Galerie d’images

La Patrouille de la montagne, 1964, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.
La Patrouille de la montagne, 1964, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.
La Patrouille de la montagne, 1964, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.

1966

La Terre des hommes

Film 70 mm, noir et blanc, 10 min, URSS

Une image de la sculpture d’Auguste Rodin, Le Penseur, ouvre et clôt La Terre des hommes. Entre ces deux séquences, le film évoque en images les réalisations et activités par lesquelles les humains habitent la Terre.

Galerie d’images

La Terre des hommes, 1966, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.
La Terre des hommes, 1966, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.
La Terre des hommes, 1966, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.

1967

Au Début

Film 35 mm, noir et blanc, 10 min, URSS

Réalisé à l’occasion du 50e anniversaire de la révolution d’Octobre (1917), le film montre en parallèle des images de la révolution russe et des séquences évoquant l’actualité de la lutte sociale dans les années 60 à travers le monde.

Galerie d’images

Au Début, 1967, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.
Au Début, 1967, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.
Au Début, 1967, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.

1969

Nous

Film 35 mm, noir et blanc, 26 min, Arménie / URSS

Hommage vibrant au peuple arménien, Nous met en images l’exil, les retrouvailles, la ferveur collective, les destructions et reconstructions, évocateurs des soubresauts de l’histoire de l’Arménie. Avec ce film, Artavazd Pelechian explore pour la première fois le montage à distance.

Galerie d’images

Nous, 1969, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.
Nous, 1969, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.
Nous, 1969, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.

1970

Les Habitants

Film 35 mm, noir et blanc, 10 min, Biélorussie / URSS

Dans ce film pionnier, des hordes d’animaux sauvages, ces autres habitants de la planète, fuient une menace invisible, que le spectateur associe progressivement à l’emprise de l’homme sur la planète.

Première projection d’un film d’Artavazd Pelechian en Occident : Nous est présenté au Festival international du court-métrage d’Oberhausen en Allemagne où il obtient le premier prix du jury.

Galerie d’images

Les Habitants, 1970, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.
Les Habitants, 1970, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.
Les Habitants, 1970, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.

1975

Les Saisons

Film 35 mm, noir et blanc, 29 min, Arménie / URSS

Animé d’un souffle épique, Les Saisons suit une communauté de paysans arméniens dans leur labeur quotidien, accordant leur rapport à la nature au rythme des saisons.

1982

Notre Siècle

Film 35 mm, noir et blanc, 48 min (1982) / 30 min (1990), Arménie / URSS

Notre Siècle évoque la course aux étoiles dans laquelle se sont lancés au xxe siècle les États-Unis et l’URSS. L’utopie du rêve d’Icare s’y transforme en une course technologique effrénée.

Galerie d’images

Notre Siècle, 1982, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.
Notre Siècle, 1982, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.
Notre Siècle, 1982, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.

1983


Le critique de cinéma Serge Daney rencontre Artavazd Pelechian à Moscou. Il publie alors dans Libération l’un des premiers portraits consacrés au cinéaste dans la presse occidentale, ce qui marque le début de sa reconnaissance internationale.

J’ai soudain le sentiment (agréable) de me trouver face à un chaînon manquant de la véritable histoire du cinéma.
Serge Daney, Libération, 11 août 1983

1988


Publication en russe de Moyo Kino [Mon Cinéma], un livre manifeste dans lequel le cinéaste développe ses théories cinématographiques et notamment sa conception du montage à distance (aussi appelé montage à contrepoint).

À l’invitation du Festival international du film de Rotterdam, Artavazd Pelechian effectue son premier voyage en Occident. L’année suivante, Jean-Luc Godard découvre avec admiration ses films lors du Festival de Nyon en Suisse, dans le cadre d’une rétrospective sur le cinéma arménien.

1992


Fin

Film 35 mm, noir et blanc, 8 min, Arménie

Au cours d’un voyage en train de Moscou à Erevan, Artavazd Pelechian filme les passagers, hommes et femmes d’âges et d’origines diverses. Ce voyage collectif, au défilement ininterrompu et à l’horizon incertain, peut se lire comme une métaphore de la vie, une certaine idée du destin.

Galerie d’images

Fin, 1992, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR
Fin, 1992, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR
Fin, 1992, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR

Première rétrospective des films d’Artavazd Pelechian en Occident présentée à la Galerie nationale du Jeu de Paume à Paris. À cette occasion, paraît dans Le Monde une conversation exceptionnelle entre Artavazd Pelechian et Jean-Luc Godard, fruit d’une rencontre à Paris organisée par Jean-Michel Frodon.


Publication en français du texte théorique d’Artavazd Pelechian, Le montage à contrepoint, ou la théorie de la distance, issu de son livre Moyo Kino, dans le deuxième numéro de la revue Trafic, créée par Serge Daney.

1993

Vie

Film 35 mm, couleur, 7 min, Arménie / URSS

Vie célèbre l’instant de la naissance à travers des images de femmes en travail et de nouveau-nés. Véritable hymne à la vie, le film fait référence à l’iconographie religieuse pour évoquer le mystère de la mise au monde.

Galerie d’images

Vie, 1993, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.
Vie, 1993, images tirées du film. © Artavazd Pelechian. DR.

2001

La Fondation Cartier présente le film Les Saisons à l’occasion de l’exposition Un Art populaire. C’est le début d’une relation durable avec le cinéaste, qui se prolonge à l’occasion d’expositions présentées à Paris (notamment Ce qui arrive, conçue par le philosophe Paul Virilio, 2002) ou à l’étranger. Trois films d’Artavazd Pelechian ont intégré la collection de la Fondation Cartier : Les Habitants, Les Saisons et Notre Siècle. À partir de 2014, le film Les Habitants est l’élément central d’une série d’expositions que l’artiste argentin Guillermo Kuitca imagine à partir de la collection de la Fondation Cartier à Paris (2014), Buenos Aires (2017) et Milan (2021).

2005


La Fondation Cartier et le ZKM Filminstitut commandent à Artavazd Pelechian la réalisation d’un nouveau film. Le réalisateur rédige alors un synopsis, dont l’original est présenté dans cette salle, qui décrit précisément la construction visuelle du film, intitulé La Nature.

2014

À l’occasion du trentième anniversaire de la Fondation Cartier, l’artiste et musicienne Patti Smith imagine une soirée de concert intitulée Swans, Un hommage à Artavazd Pelechian, en présence du cinéaste.

2015


Publication en versions russe et anglaise de My Universe and Unified Field Theory [Mon Univers et ma théorie du champ unifié]. Artavazd Pelechian y développe une réflexion sur les notions d’espace et de temps en lien avec ses conceptions cinématographiques. Il fait ainsi écho à ce qu’il écrivait plusieurs décennies auparavant dans son texte Le Montage à contrepoint.


2020

La Nature

Film numérique, noir et blanc, 62 min, France / Arménie / Allemagne

Le nouveau film d’Artavazd Pelechian met en scène une nature puissante et souveraine, capable de dompter les communautés humaines et leurs réalisations. La Nature offre une vision saisissante de l’issue probable du désordre écologique en cours.

Portrait d’Artavazd Pelechian par Patti Smith, 2014.