Nuit de l’Incertitude

La Nuit des Arbres animée par le mathématicien Cédric Villani


Nocturne exceptionnelle

Lieu : Jardin de la Fondation Cartier, voir plan d’accès

Cette Nuit de l’Incertitude est terminée

Consulter les Nuits de l’Incertitude à venir


Nuit de l’Incertitude dans le jardin

18h, La Nuit des Arbres, animée par le mathématicien Cédric Villani

Avec Emanuele Coccia (philosophe et auteur de La Vie des plantes, Rivages, 2016), Raymond Depardon et Claudine Nougaret (auteurs du film Mon Arbre), Francis Hallé (botaniste et biologiste), Fabrice Hyber (artiste), Stefano Mancuso (biologiste, fondateur du Laboratoire international de neurobiologie végétale, Florence, Italie), Caroline Mollie (architecte-paysagiste et auteure de Des arbres dans la ville, Actes Sud, 2009), François-Michel Le Tourneau (géographe, directeur de recherche au CNRS), Miroslav Radman (biologiste généticien)


Cette Nuit de l’Incertitude réunit, autour du mathématicien Cédric Villani et dans le cadre de l'exposition Nous les Arbres, une communauté d’artistes, de botanistes et de philosophes qui portent sur le monde végétal un regard renouvelé. Ensemble, ils discutent de la capacité des arbres à sentir et communiquer, à protéger, au cœur de notre environnement. Peut-on parler d’intelligence végétale ? Comment repenser l’alliance entre les humains et les arbres au XXIe siècle au regard des dernières connaissances scientifiques ? Questions passionnantes qui sont au cœur d’un débat pluridisciplinaire où tous et toutes peuvent participer.


Suivie de Manger l’arbre et ses habitants, sur une proposition de l’artiste Fabrice Hyber

En collaboration avec le chef Sugio Yamaguchi du Botanique Restaurant.

La Nuit des Arbres est suivie d’une dégustation sur le thème Manger l’arbre et ses habitants, une invitation à s’immerger gustativement dans un arbre, de la feuille à l’insecte en passant par la sève.

Un grand merci aux eaux végétales SIBBERI pour leur généreuse contribution en eau de bouleau et eau d’érable lors de la dégustation.


Photo : © Vincent Baillais