Soirée Nomade

Rodolphe Burger Le Cantique des Cantiques & Hommage à Mahmoud Darwich


Lieu : Jardin de la Fondation Cartier, voir plan d’accès

Cette Soirée Nomade est terminée

Consulter les Soirées Nomades à venir


Concert

Une création de Rodolphe Burger

Avec Rodolphe Burger (guitare, chant), Ruth Rosenthal (chant), Mehdi Haddab (oud), Julien Perraudeau (basse, clavier), Yves Dormoy (électronique, clarinette) et la voix d’Adel Koudaih.

« Cantique des Cantiques » traduit par Olivier Cadiot avec la collaboration de Michel Berder, La Bible – Nouvelle traduction, Bayard, 2001

Mahmoud Darwich, « S’envolent les colombes », traduction d’Elias Sanbar, Éditions Actes Sud, 1996.

Technique : Phil Cabon, Charline de Cayeux, Jeff Djalili et Christophe Olivier.
Production : Michaëlle Roch et Anna Lamotte.

Spectacle créé en mars 2010 à la Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau.
Production Compagnie Rodolphe Burger.


Il y a 20 ans, Rodolphe Burger mettait en musique la nouvelle traduction du « Cantique des Cantiques » d’Olivier Cadiot pour le mariage de ses amis Alain Bashung et Chloë Mons. En 2010, il a ravivé ce projet en associant ce texte sacré de l’Ancien Testament au poème « S’envolent les colombes » du grand poète palestinien Mahmoud Darwich qui considérait le « Cantique des Cantiques » comme l'un des plus beaux textes d'amour.

Ce spectacle est une mise en miroir de deux chants d’amour intenses, suaves, subversifs et tendres, une love-song entêtante chantée à trois voix (le rocker français Rodolphe Burger, la chanteuse israélienne Ruth Rosenthal et le rappeur libanais Rayess Bek), où s’entrelacent les langues amoureuses (arabe, français et hébreu), la guitare électrique et le oud. Un rapprochement des écritures et des cultures qui éloignent les préjugés. Un hymne à l’amour et à la paix, magnétique et ensorcelant.

Le Cantique des cantiques (extrait)

Regarde l’hiver est fini

la pluie a cessé elle s’en va

On voit des fleurs dans ce pays le moment de la chanson est arrivé

On entend la voix des tourterelles dans notre pays

Première figue du figuier

les vignes en fleur donnent une odeur

Lève-toi

mon amie ma belle

En avant

(...)

Le roi Salomon s’est fait un palanquin avec des arbres du Liban

Colonnes d’argent

dais en or sièges de pourpre

Intérieur marqueté

avec amour

Celui des filles de Jérusalem

« Cantique des Cantiques » traduit par Olivier Cadiot avec la collaboration de Michel Berder, La Bible – Nouvelle traduction, Bayard, 2001

S’envolent les colombes (extrait)

J'ai vu avril sur la mer.

J'ai dit : Tu as oublié le suspens de tes mains,

Oublié les cantiques sur mes plaies.

Combien peux-tu naître dans mon songe

Et me mettre à mort,

Pour que je crie : Je t'aime.

Et que tu trouves le repos ?

Je t'appelle avant les mots.

Je m'envole avec ta hanche avant d'arriver chez toi.

Combien parviendras-tu à déposer les adresses de mon âme dans les becs de ces colombes,

à disparaître, tel l'horizon sur les pentes,

Pour que je sache que tu es Babel, Égypte et Shâm ?

S'envolent les colombes.

Se posent les colombes.

Mahmoud Darwich, « S’envolent les colombes », traduction d’Elias Sanbar, Éditions Actes Sud, 1996