Vue de l’exposition Agnès Varda, L’Île et Elle, Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris, 2006. © Agnès Varda. Photo © Patrick Gries.
Chargement en cours...

Aperçu de l’exposition

Occupant l’ensemble des espaces de la Fondation Cartier, l’exposition Agnès Varda, L’Île et Elle, regroupait des installations créées pour la plupart à cette occasion et ayant toutes pour point de départ l’Île de Noirmoutier, bien connue de l’artiste depuis de nombreuses années.

Avec les œuvres de :
  • Agnès Varda

L’exposition en détails


Dans Le Passage du Gois, installation simulant la route submersible reliant l’île au continent, une vidéo projetée sur un rideau translucide représente la mer qui monte et descend sur la route. À marée basse, les visiteurs étaient invités à entrer dans l’île en traversant le rideau. 

Le Passage du Gois, 2006Vue de l’exposition Agnès Varda, L’Île et Elle, Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris, 2006. © Agnès Varda. Photo © Patrick Gries.

Plus loin, ils découvraient d’autres installations pleines de surprises comme La Grande Carte postaleSouvenir de Noirmoutier et Le Tombeau de ZgougouPing-Pong, Tong et Camping, aux couleurs vives de l’été, propose un film projeté sur un matelas gonflable et un diaporama de tongs dans une bouée. Le tout dans un hymne au plastique coloré. Dans La Cabane aux portraits sont exposés 60 visages d’insulaires. Quant aux murs de Ma Cabane de l’Échec, ils sont faits de pellicules positives de copies du film Les Créatures, tourné dans l’île en 1966.

Galerie d’images

Vue de l’exposition Agnès Varda, L’Île et Elle, Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris, 2006

.

© Agnès Varda

. Photo

© Patrick Gries

.

Vue de l’exposition Agnès Varda, L’Île et Elle, Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris, 2006

.

© Agnès Varda

. Photo

© Patrick Gries

.

Vue de l’exposition Agnès Varda, L’Île et Elle, Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris, 2006

.

© Agnès Varda

. Photo

© Patrick Gries

.

L’exposition fut également l’occasion de revoir deux pièces déjà exposées à Paris en 2005. Dans Les Veuves de Noirmoutier, le sujet central (des femmes en noir sur la plage) est entouré de courts portraits vidéo, témoignages de l’état de veuvage. Le Triptyque de Noirmoutier montre une scène intimiste entre trois personnages dans une cuisine et propose au visiteur d’ouvrir les panneaux latéraux du dispositif. Le hors-champ se révèle : un placard, une plage.