Lorsque vous créez un bâtiment, comment réfléchissez-vous à son inscription dans un contexte urbain ?
Une architecture qui n’entre pas en résonance avec le site et qui ne donne pas de valeur à ce qui perdure autour d’elle ne fait que la moitié de son travail. Dans tous mes bâtiments, j’essaie de créer « une poétique de situation ». La Fondation Cartier reprend ainsi l’alignement du boulevard, crée une ambiguïté sur la présence de ce mur qui pourrait être celui d’un immeuble, met en évidence le cèdre, et fait en sorte que l´immeuble lui-même, qui est beaucoup plus grand que tous ceux qui sont sur le boulevard, se retrouve rattaché à une échelle urbaine.

La transparence est une donnée récurrente de votre architecture. Qu’exprime-t-elle ?
Elle pose la question de la matière. Aujourd’hui les grandes questions tournent autour de l´essence de la matière. On sait que des choses fondamentales se passent dans le domaine de l´invisible. La transparence ne veut pas dire uniquement montrer à travers quelque chose. La transparence veut dire que l’on utilise un matériau qui s’appelle le verre et que ce matériau est un des seuls matériaux programmables par la lumière. C’est-à-dire que, si j’éclaire devant lui, cela fait un reflet, si j’éclaire derrière lui, il va disparaître. C’est un moyen pour capter les instants, les lumières du jour et des saisons. À la Fondation, les expositions temporaires modifient le bâtiment et créent une interrogation pour le passant. Lors de l’exposition By Night, tout était noir, avec être nature, c’était complètement transparent, alors qu’Issey Miyake l’a transformé en une vitrine, à une très grande échelle. À chaque fois, il se passe quelque chose qui change un peu la nature du bâtiment et qui est en relation avec sa vocation.

Biographie
Né le 12 août 1945 à Fumel, Jean Nouvel voulait être peintre. Il s’inscrit en 1964 à l’École des Beaux-Arts de Bordeaux en architecture, et en 1966 il est admis premier à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Dans la mouvance intellectuelle de Claude Parent et de Paul Virilio, il fonde en 1970 sa première agence avec François Seigneur.
En 1971, il obtient son diplôme d´architecte DPLG et fait la rencontre du critique Georges Boudaille, grâce auquel il devient architecte de la Biennale de Paris. En 1976, il rencontre le scénographe Jacques le Marquet qui lui fait découvrir le monde du théâtre et la mise en scène. Il pratique la scénographie, notamment pour la section architecture et design de l´exposition Les Années 50 au Centre Pompidou en 1988, ainsi que celle de l´exposition Le Futur du travail et La Mobilité pour L’Expo 2000 à Hanovre.
Jean Nouvel est co-fondateur du mouvement d´architecte français Mars 1976, du Syndicat d´Architecture, et l´un des principaux organisateurs de la consultation internationale pour l´aménagement du quartier des Halles de Paris. En 1980, il fonde la Biennale de l´Architecture dans le cadre de la Biennale de Paris.
Il est aujourd´hui président de l´Association pour la Mutation de l´île Seguin.

jeannouvel.com

Photo © Gaston

Open mobile menu
Close mobile menu