Soirée Nomade

Alessandro Sciarroni + Simon Johannin

Complet

Lieu : Fondation Cartier pour l’art contemporain, voir plan d’accès
Tarifs et conditions



À propos de l‘évènement

Une Soirée Nomade partagée

Alessandro Sciarroni, Save the last dance for me

Danse

Une chorégraphie d'Alessandro Sciarroni

Avec Gianmaria Borzillo & Giovanfrancesco Giannini

Quand le chorégraphe Alessandro Sciarroni a découvert la polka chinata en 2018, ils n’étaient plus que cinq en Italie à en connaître les pas. Née au début du xxe siècle à Bologne, cette danse de séduction très physique et uniquement pratiquée par des hommes exige des danseurs qu’ils s’étreignent, tournoient et se plient jusqu’à ce que leurs genoux touchent quasiment le sol. Pour Save the last dance for me, Sciarroni collabore avec les danseurs Giannmaria Borzillo et Giovanfrancesco Giannini, ainsi que le maître de danse filuzzi (danses de salon typiquement bolognaises) Giancardo Stagni, pour faire revivre cette tradition populaire en voie de disparition.

+

Simon Johannin, Notes sur la ville

Spoken word

Avec Simon Johannin & Etienne Ciquier

Ses personnages pourraient être les héros des films d’Harmony Korine ou de Larry Clark, des livres de Jean Genet ou de Virginie Despentes, et lui aussi. Le jeune poète et romancier Simon Johannin s’intéresse aux populations précaires et aux formes de marginalités contemporaines, qu’elles soient sociales ou géographiques, et sait manier une langue aussi crue que ciselée et délicate. En 2017, à 23 ans, il provoquait un engouement médiatique avec L’Été des charognes, un premier roman d’initiation à la fois punk et lyrique qui nous projetait dans l’esprit d’un gamin que l’ennui démange dans une campagne isolée. Même retentissement en 2019 avec Nino dans la nuit – co-écrit avec sa femme Capucine Johannin –, un récit fiévreux et crépusculaire, entre éclats festifs et ténèbres sociales, qui célébrait l’énergie et la hargne d’une jeunesse précaire, noctambule et flamboyante. En 2020, il publie Nous sommes maintenant nos êtres chers, un premier recueil de poésie à la fois intime et brûlant, dans la même veine que ses précédents romans, où les mots pulsent mille images.

« Je ne me vois pas faire des choses sans cette intensité, quitte à des fois déborder un peu. J’ai besoin que ce soit justement débordant, que ça fuse et que ça jaillisse. J’ai un rapport sensoriel à l’art. Je ne suis pas quelqu’un qui est tant que ça dans l’intellect. Il faut que ça passe par le corps. Il faut que je sente les choses physiquement. Le recueil de poèmes c’est de la poésie qui est issue de sensations essentiellement. »

Simon Johannin, interviewé par Arnaud Laporte dans l’émission Affaires Culturelles sur France Culture le 14 octobre 2020.

Pour cette Soirée Nomade, Simon Johannin s’installe dans l’une des salles de l’exposition Damien Hirst, Cerisiers en Fleurs et partage avec le public un nouveau texte écrit pour l’occasion, Notes sur la ville.



Dans la presse :




Informations pratiques

Tarifs

Plein tarif
12€ (13€ sur place)
Tarif réduit

Conditions de tarif réduit.

Étudiants, moins de 25 ans, seniors (plus de 65 ans), demandeurs d’emploi et bénéficiaires des minima sociaux, Maison des artistes, institutions partenaires, ministère de la Culture.

8€ (9€ sur place)

Informations complémentaires

Durée estimée : 50 min.

Alessandro Sciarroni, Save the last dance for me, 20 min

+ Simon Johannin, Notes sur la ville, 30 min

Ouverture des portes à 18h30 pour la représentation de 19h, et à 20h30 pour la représentation de 21h.

Placement assis dans la limite des places disponibles et conformément aux règles sanitaires en vigueur.

Les Soirées Nomades commencent à l’heure indiquée : l’entrée des retardataires est admise quand elle ne gêne pas le déroulement du spectacle.

L’exposition Damien Hirst, Cerisiers en Fleurs ne sera pas accessible pendant la Soirée Nomade.

Retrouvez notre charte sanitaire et les mesures de sécurité à respecter en cliquant ici.

LICENCES ENTREPRENEURS DU SPECTACLE : 1-1076815 / 2-1076816 / 3-1076817